Staying Out Means Fighting Back! Solidarity with Cedar MTL

Anonymous Submission to North Shore Counter-Info.

SPEECH given at the SOLIDARITY WITH CEDAR & DROP ALL CHARGES AGAINST PRIDE DEFENDERS demo, MONTREAL, July 28th.

(English follows below)

Bonsoir tout le monde,

Merci d’être venu.es! Il est un grand plaisir de vous voir en grand nombre pour prendre la rue ensemble. Pour démontrer notre solidarité avec les accusées de Fierté Hamilton et notre amie Cedar qui reste en prison.

On est ici aujourd’hui, sur la terre ancestrale des peuples autochtones Anishnabeg et Haudonousanee, plus précisement la terre qui n’a jamais été cédée de la nation Kanien’kehà:ka pour manifester notre rage queer et trans suite aux événements de la semaine passée. Le mécanisme colonial qui a volé cette terre pour construire le ‘Montreal’ a aussi ciblé le terrain culturel du genre et de sexualité pendant des centaines d’années. Même si toutes nos identités sont différentes, les notions ou concepts de queer ou gai ou trans que les personnes non autochtones utilisent sont construites en réaction aux et à partir des cultures blanches, chrétiennes, coloniales et capitalistes. Que le tissu et la fibre de ces mots, certes imparfaits, ne sont pas nouveaux, et ils rendent hommage aux personnes qui, grâce à leur existence naturelle, ont toujours mis en question le projet hetérocolonial. On reconnait que de nombreuses cultures autochtones respectaient plus que deux genres et sexualités, souvent célébrant leurs membres de communauté qui étaient de deux-esprits. Il y a 500 ans que le projet colonial de l’État continue d’attaquer ces personnes, de les éteindre ou de les assimiler. La souveraineté autochtone de la terre est inespérable de la souveraineté autochtone corporelle, sexuelle et de genre. Nous honorons les combattants qui se luttent pour le rétablissement de diversité sexuelle et la fluidité de genre dans leurs cultures et notre lutte queer est aussi une lutte anticoloniale.

Le 15 juin 2019, un festival de Fierté de la communauté queer et transgenre de Hamilton, “Ontario” a été attaqué par un groupe de homophobes de l’extrême droite, de fondamentalistes chrétiens et de néo-nazis. Comme ils ont fait en 2018, ils sont arrivés avec de grandes pancartes et des bannières homophobes, commençant immédiatement de lancer des insultes et des injures. Ils ont agressivement harcelé les individus au festival Fierté, faisant des blagues sur le viol et menaçant la violence physique. Afin de bloquer ces bigots et de protéger la communauté, une grande bannière noire a été érigée par quelques queers. Les homophobes n’ont pas aimé ça, et ils ont attaqué ces personnes. Ils ont commencé une bagarre, mais les personnes gaies, trans, et antifascistes qui ont refusé de permettre la présence de ces cons ont fièrement riposté. Certain.e.s ami.e.s ont été blessé.e.s et ont eu besoin des premiers soins. La police de Hamilton n’a rien fait pendant le conflit d’une heure et ils se sont présentés quand il n’y avait plus rien à faire. Les homophobes ont accueilli l’escorte policière pour quitter le parc. Malheureusement, ils ont harcelé et chassé d’autres queers dans le quartier plus tard dans la journée et la semaine après ils ont attaqué d’autres gens à Fierté Toronto.

Après ces événements, la police de Hamilton ont senti menacée – les communautés qui se sentent autonomisées et capables d’utiliser de la force pour se défendre affaiblit l’autorité de la police. Par conséquent, les policiers ont focalisé toute leur énergie sur la poursuite de certaines personnes queers, trans et anarchistes de la ville, les harcelant toute cette semaine comme punition. Samedi le 22 juin la police a mis en prison Cedar, un.e ami.e qui n’a pas été au festival, mais qui la police veut cibler parce que Cedar a publiquement critiqué leurs actions. Ille a été en grève de la faim pendant 5 jours afin de protester contre cette mesure vengeresse et ille reste présentement encore en prison. Il se peut qu’il aille prendre des semaines avant que Cedar puisse avoir une audience de libération conditionnelle. Plus tard dans la semaine deux autres ami.e.s ont été arrêté.e.s et accusé.e.s de bris de probation basé sur un soupçon d’avoir été au festival. Aucun de ces homophobes n’avait été initialement accusé par la police ou appréhendé à l’événement, malgré la circulation majeure de leurs visages, leurs noms et des vidéos de leurs actions violentes, jusqu’à hier quand la pression publique a obligé la police à charger Chistopher Vanderweide avec agression armée. Le maire de Hamilton a reçu une petite visite ce matin – vingt personnes ont visité sa maison à 7h le matin pour lui faire comprendre ce que c’est une visite de la police le matin et comment ça peut être dérangeant. Ils ont placé beaucoup de pancartes sur son gazon qui disaient : Le maire s’en fou des queers. La réaction du maire? Il a publiquement annoncé que ces manifestants ne sont pas des vraies queers et il a appelé pour une enquête. Conséquemment la police a arrêté DEUX AUTRES AMIS cette après-midi. Nous opposons au système carcéral et colonial de l’État, mais la répression unilatérale dirigée premièrement vers ceux et celles que la police soupçonne d’être les défendeurs de Fierté est révélateur une fois encore de leur position et leur objectif : protéger les personnes racistes, homophobes et misogynes.

Le concept de “queer” peut comprendre notre sexualité ou notre genre, mais pour nous il veut dire beaucoup plus que ça. Il est un territoire de tension qu’il faut défendre. On est en solidarité avec Cedar et les personnes accusées en connexion avec cet événement, aussi bien que toute personne gaie ou trans qui est en prison pour une contre-attaque. On sait que les queers de hier se sont courageusement battues pour notre existence, contre les homophobes et les néonazis aussi bien que contre la police. On se souvient du 28 juin 1969, la Rébellion de Stonewall à New-York, à son 50e anniversaire aujourd’hui – comme étant une émeute de quatre jours contre la police mené en grande partie par des personnes trans de couleur. Elle a été une rébellion à la fois trans et queer parce que, dans les mots de Queen Allyson Ann Allante, une participante de 14 ans en 1969, « Il a été la première fois que les deux groupes se sont réunies pour lutter contre l’oppresseur et il a établi un bon précédent pour l’avenir. Il a été un événement marquant parce que les deux communautés étaient unies pour combattre l’oppresseur, qui était la police et la mafia, qui ont contrôlé les clubs gais. » Quand on se souvient des briques volantes et talons hauts dans l’air découlant de l’explosion de rage gaie et trans, il faut se souvenir que le militarisme gai qui a été inauguré ces jours là –  donnant naissance à la Fierté que nous connaissons aujourd’hui – a essayé de faire taire et isoler les personnes transsexuelles, transgenres de couleur afin de favoriser un discours plutôt blanc, gai et cisgenre. On voit encore cette tendance 50 ans plus tard et on sait que nos communautés ont beaucoup de travail à fare pour resister le misogyne trans et le racism. Il est primordial que nous luttions les unes pour les autres, contre nos oppresseurs commun, épaule à épaule. N’oublions pas que Montréal n’était pas épargnée des descentes policières ; notons celle du bar Truxx en 1977 durant laquelle 143 personnes ont été arrêtées et accusées ou encore celle de la soirée Sex Garage en 1990, le « Stonewall québécois », où plus de 400 personnes se feront violemment charger par le SPVM et ses matraques, commençant un conflit de 36 heures. On sait que les personnes gaies et trans qui sont sans abris ou travailleur/se de sexe font face à la répression policière de jour en jour. La seule raison que le village gai est ici – dans l’est du centre-ville est parce que, avant l’Exposition ’67  et les jeux olympiques de 1976 le SPVM a mené une campagne pour nettoyer la ville – attaquant et arrêtant les queers dans les bars. On sait aussi que dans le monde les personnes gaies et trans, surtout celles qui sont racialisées, sont attaquées, criminalisées, incarcérées et même assassinées de manière disproportionnelle. Les attaques de haine américaine transphobe ont triplé pendant les derniers 5 ans. Hier, une autre personne trans a été tuée – Brooklyn Lindsey –  le 11e femme trans noire tuée cette année aux États-Unies – a été trouvé à Kansas City. On se souvient de Sisi Thibert qui a été tué à Pointe St. Charles en 2017. Cette douleur et cette rage reste toujours avec nous. Notre autodéfense est nécessaire pour assurer notre existence. Les groupes marginalisés s’organisent activement et présentement et ils se défendent. Le groupe de l’extrême droite à Hamilton n’est pas si différent des groupes ici au Québec, qui se trouvent face à une résistance féroce. Les personnes queers, comme à Hamilton et maintes fois auparavant, se réunissent pour se soutenir, se nourrir, s’appuyer et se défendre. On veut mettre fin à la domination dans toutes ses formes entrelacée et on sait que Personne n’est libre avant que tout le monde soit libre. L’autodéfense et toujours légitime. Ce soir on va danser, prendre beaucoup d’espace, circuler le mot, être beau et belle et révoltante – pour exprimer notre amour et rage queer pour les attaques fucked-up à Hamilton et la répression policière. On sait que on est fort et forte ensemble, et on va le montrer. On est ici pour dire :

Liberté pour Cedar! Abandonnez toutes les charges retenues contre les défenseur.es de Fierté!

Une levée de fonds est nécessaire pour les frais juridiques. SVP, faites un don ici: the-tower.ca/donate ou thetower@riseup.net

—– ENGLISH —–

Thank you so much for coming – everyone – beautiful queers and trans people, anarchists of all stripes, anti-fascists – allies. It is going to be an amazing night of sending our love and solidarity to our friends in Hamilton and Cedar in prison. To start out with we have a just a few things to say…

We come together today, on the ancestral territory of Anishnabeg and Haudonousanee peoples, more specifically the unceded land of the Kanien’kehà:ka Nation, in order to protest and show our queer and trans rage following the events of the last week. It is important to be stated that the colonial mechanism that stole this land in the first place, allowing so called Montreal to be built, also targeted the cultural terrain of sexuality and gender for hundreds of years. While many of our identities are so different, the concepts and notions of gay or queer or trans that non-indigenous people use are constructed in reaction to, and from white Christian colonial and capitalist culture.  The very fabric and fibre of these words, while clearly imperfect, is not new, and pays hommage to the people whose bodies were born into conflict with the heterocolonial project. We recognise that numerous indigenous cultures respected more than two sexualities and genders, celebrating their two-spirited community members. For five hundred years the colonial project of the State has attacked these people, trying to extinguish or assimilate them. But indigenous land sovereignty is inseparable from sovereignty over bodies, sexuality and gender self-expression. We honor the fighters who have struggled long and hard to restore sexual diversity and gender fluidity back into their cultures and we recognize our queer struggle as being intertwined with an anti-colonial struggle as well.

On June 15th, 2019 in Hamilton, “Ontario”, Pride was attacked by a group of far-right homophobes, christian fundamentalists, neo-nazis, and queer bashers. As they did in 2018, they arrived with massive homophobic signs and banners, and immediately began to scream insults and slurs. They aggressively harassed individuals, made jokes about rape, and threatened physical violence. Things quickly escalated as the bigots violently confronted people who were holding a fabric barrier in an attempt to block them from disrupting Pride. Initiated by the far-right activists a brawl broke out – queers who refused to allow their presence to go unchallenged were attacked, but fought back. Several friends were injured and required medical attention. The police did nothing during this hour-long conflict, and only stepped in at the end when there was nothing left to do. The haters knew they couldn’t sustain their presence any longer, and welcomed the police escort out of the park. After being kicked out of Pride, this same group chased and assaulted queer youth in the neighbourhood, and then went on to attack people at Toronto Pride the following week.

Since these events, the Hamilton Police have felt quite threatened – communities that feel empowered to use force to defend themselves undermine their unquestionable authority. Over the course of the last week, the police have consequently been targeting and harassing known queer anarchists in the city as punishment for folks standing up for themselves. Our dear friend Cedar (who wasn’t even present at the event!) was arrested on Saturday, and was on hunger strike for five days. They will stay in jail until a lengthy probation hearing, a vengeful and punitive measure carried out by the police because Cedar publicly criticized the police’s actions. Later this week, two other queer friends have been arrested and charged with probation breaches based on suspicion of being present at Pride. Not a single homophobe was charged all week, despite the widespread circulation of their names, faces and videos of their violent actions, until public pressure finally forced the police to charge Christopher Vanderweide with assault with a weapon. We oppose the colonial prison system, but the repression the police directed to those they suspect as Pride defenders first is once again truly revealing of their age-old position and purpose: protecting racists, misogynists, and homophobes.

Queer might involve our sexuality or our gender, but to us it means soo much more. It’s a territory of tension that we must defend. We stand in solidarity with Cedar and those accused in connection with this event, as well as any queers held in prison for bashing back. As queers and trans people, we know that our existence has been fought for bravely by those who have come before us, not only against homophobes and neo-nazis but also against the police. Queer militancy has a long lineage. We remember, 50 years today, the Stonewall Rebellion, on June 28 1969, as a four-day anti-police riot led by Black and Latina drag queens, kings, and transsexuals, like Marsha P. Johnson et Sylvia Rivera, in New York’s Greenwich Village. It went on to become a rebellion that was both gay and trans, for in the words of Queen Allyson Ann Allante, a fourteen year old participant at the time, “because it was the first time that both came together to fight off the oppressor and it set a good precedent to do it many times since. It was a big milestone for both communities because they were both in unity to fight the common oppressor, which at that time was the police and the mafia, who controlled the gay clubs.” While remembering the flying bricks and high heels exploding from gay trans anger, we can’t forget that the gay liberation movement that blossomed systemically tried to silence and marginalize the participation of trans women of color, trying to centre attention on a white gay respectable narrative. We see this tendancy 50 years later and we know that our communities still have internalized and externalized transmisogyny and racism to work on, and we see the imperativeness of fighting common enemies like the police or the far-right, shoulder to shoulder. We remember police attacks here in Montreal, stemming back to the attack in Truxx Bar when 143 party goers were arrested and charged for indecency in 1977. We remember also Sex Garage in 1990, when the SPVM descended on 400 gay club goers, violently beating them with their batons and the ensuing 36 hour fight. We know that queer and trans homeless youth and sex workers still face police repression constantly on the streets – the only reason that the Gay village of Montreal is now this far East of downtown is that in the lead-up to both Expo ’67 and the 1976 Summer Olympics, the SPVM carried forth a brutal criminalization campaign on the city’s queers – beating up and arresting many people as well as closing down bars. We know that worldwide queer people, especially those who are racialized, are disproportionately attacked, criminalized, incarcerated and even murdered. American transphobic hate crimes have tripled in the last five years and we see a similar trend here – our work is so far from being over! Yesterday the 11th American trans person to be murdered this year was found in Kansas City – Brooklyn Lindsey, yet another black transwoman trying to live her life. We remember Sisi Thibert, who in September 2017, was stabbed in Pointe St. Charles, Montreal. This sadness and pain stays with us always. Our existence will continue to be threatened unless together, we fiercely defend ourselves, our friends, as well as the spaces we create. But marginalized people are doing that on the daily. The far-right group that mobilized in Hamilton is not too different from far-right groups that have been fought against in Quebec. Queers are coming together, like in Hamilton and countless times before, to hold, feed, listen to, and fight for each other. We know that we need to make ruins of domination in all of its varied and interlacing forms and that none are free until all are free. Fighting back is always legitimate. We are going to dance and take up space tonight, be beautiful and revolting together, as a way to blend our queer love and queer rage for the fucked up attacks on our friends in Hamilton and the police’s consequential repression. We know that we are strong together – let’s fucking show it. We are here tonight to say :

Drop all charges against Pride defenders, free Cedar now!

Queer liberation and total freedom.

Leave a Reply

Your email address will not be published.